Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patrick Sobral dans les médias canadiens

Voici un article parlant de Patrick Sobral trouvé sur le site canadien Lapresse :

Le nouvel album des Légendaires est arrivé en librairie au moment même où nos enfants méritent un encouragement après le dévoilement du premier bulletin scolaire. Cet heureux hasard n'arrive pas seul: Patrick Sobral, auteur de cette série chouchou, signera des exemplaires du nouveau tome tous les jours jusqu'à lundi au Salon du livre. Coup d'oeil sur cette bédé que dévorent nos petits et nos petites.

Les légendaires, ce sont d'abord cinq héros qui, après un combat contre les forces du mal, sont redevenus enfants... comme une bonne partie de la population d'Alysia, monde imaginaire où ils vivent.

Depuis la mort de Danaël, Gryf (à l'allure léonine), Razzia (le gros bêta) et Shimy (une elfe) sont menés par Jadina (une princesse déchue). Ténébris, fille du sorcier Darkhell, ennemi juré des Légendaires, a fini par se rallier à leur cause.

Le dessin emprunte beaucoup à l'animation japonaise, mais dans un format typiquement franco-belge (48 pages en couleur) qui oblige l'auteur à aller droit au but.

«J'ai appris à aimer ma série en la faisant, avoue candidement Sobral, qui se destinait d'abord à la bande dessinée pour public adulte. Je voulais faire de la bédé sombre, avec de l'action, quelque chose de très dramatique.»

Les légendaires, c'est son plan B. Pire, c'est un projet auquel il ne croyait même pas... Il s'est pris au jeu et, en plus de déborder d'idées, a trouvé le moyen d'insuffler une juste dose de noirceur dans ses aventures pour enfants.

«Maintenant, je concilie les deux : la bédé tous publics et le souffle dramatique que j'aime.»

Intrigues amoureuses

L'éternité ne dure qu'un temps, qui vient de paraître, vient clore l'aventure amorcée dans le tome précédent, Amour mortel. Cet album met aussi fin à l'ambivalence amoureuse de Gryf, partagé entre Shimy et Shun-Day.

«J'ai commencé à mettre de l'avant les sentiments amoureux des personnages quand je me suis rendu compte que la moitié de mes lecteurs étaient en fait des lectrices, dit Sobral. Ça rend les personnages plus attachants que lorsqu'ils ne font que se battre contre les forces du mal. Quand je zigouille un personnage, c'est d'autant plus dramatique parce qu'on l'a vu aimer et être aimé par un autre personnage.»

Une case du nouveau tome intitulé L'éternité ne... (Illustration: fournie par les Éditions Delcourt) - image 2.0
Agrandir
Une case du nouveau tome intitulé L'éternité ne dure qu'un temps.

ILLUSTRATION: FOURNIE PAR LES ÉDITIONS DELCOURT

Des héros vulnérables

Tout peut arriver dans Les Légendaires. Sobral ne recule devant rien, ni même devant la nécessité de tuer un personnage aimé des lecteurs comme ce fut le cas de Danaël.

«Je suis content d'avoir eu le courage de le faire, parce que je trouve que la série est devenue meilleure depuis que j'en ai noirci le ton, juge-t-il. Quand j'ai commencé, je m'étais mis plein de barrières. Puisque c'était une série jeunesse, je me disais qu'il y avait des choses que je ne pouvais pas dire ou montrer. J'avais peur de choquer, de déplaire.»

En tuant Danaël, il fait sauter toutes les barrières... Tout est désormais possible. Sobral est libre... mais il a le vertige!

Impro bédé

Sobral travaille d'une manière plutôt inusitée: il ne couche jamais ses scénarios sur papier.

«Je déteste devoir écrire une histoire juste à l'aide d'un texte. C'est à travers le dessin que je m'exprime», explique l'auteur. Chaque album des Légendaires part d'un canevas qu'il étoffe en improvisant. Le vrai scénario s'écrit au moment où il le dessine.

«Les dialogues sont pensés au dernier moment, ajoute-t-il. Parfois, les improvisations m'amènent dans une direction à laquelle je n'avais pas pensé. Ça peut changer l'intrigue même si l'album est entamé.»

Point final

Sobral n'a pas l'intention d'étirer le plaisir plus qu'il ne le faut. Il mettra fin à sa populaire série dans cinq à dix tomes au maximum. «Je ne suis pas lassé, assure-t-il. Du point de vue scénaristique, les possibilités sont infinies.»

Il préfère toutefois fausser compagnie à ses lecteurs avant que ceux-ci ne désertent sa série. Sobral n'a pas encore imaginé la scène finale, mais il sait où il s'en va.

«Je sais à peu près ce qui va se passer jusqu'à la fin. Dans les grandes lignes, précise le bédéiste. D'ici là, ça peut changer mille fois dans ma tête...»

LaPresse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wahl 24/11/2013 13:25

Coucou!!C'est Xuan!
Je voulais vous demander...Finalement, est-ce que Gryf est toujours mourant?

Grandfan 29/11/2013 18:40

Très bonne question à laquelle je répondrais par la négative: il est bien dit que dès qu'il y aurait Éternity incarné dans son corps, il serait guéri :)