Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patrick Sobral en interview :"Le tome 16 va être l'un des meilleurs tomes de la série

DSCN7081.JPG

Nous avons eu le plaisir de rencontré Patrick Sobral, le créateur de la série désormais célèbre "Les Légendaires", lors de la Japan Expo 2013. Nous lui avons posé quelques questions concernant ses débuts, la série et bien sûr comment cela va continuer !

 

Les Légendaires | FAN : Bonjour tout d'abord. Pouvez-vous nous retracer brièvement votre parcours ?

P.s : En fait, la seule chose que j'ai fait avant les Légendaires, j'avais participé à un concours de dessin étant jeune avec un album avec peu de pages en noir et blanc sur le thème des anges et je faisais partie de l'un des onze dessinateurs gagnants de ce concours. C'était ma première expérience personnelle.

LF : Comment vous est venue l'idée de créer Les Légendaires ?

L'univers des Légendaires, n'était pas du tout le style de B.D dans lequel je voulais me lancer à l'époque. J’étais plus dans le style assez gore, violent, c'était totalement différent. J'ai alors démarché plusieurs maisons d'éditions avec ce genre de projets, sauf que à chaque fois on me disait :" C'est bien, mais on ne veut pas trop de ce style-là, ça ne marchera jamais." Alors j'ai essayé autre chose, de me diriger vers un autre style, puisque le style d'histoire pour adultes ne marchait pas, je vais tenter quelque chose de différent. Et j'ai dessiné vite fait à l'arrachée, la première chose qui m'est venue à l'esprit. Ça ne me plaisait pas du tout, je trouvais ça nul. Et ce truc nul, c'était "Les Légendaires". J'ai donc envoyé un exemplaire de mon projet aux Editions Delcourt et dès le lendemain, ils m'ont rappelé en me disant :"C'est génial, on adore, on attend la suite !". Je me disais : "Mais comment on peut aimez ça, c'est nul". Mais j'ai quand même signé. Je n’étais pas trop motivé à l'époque, d'où la qualité un peu limite du premier tome.

LF: Mais ensuite les histoires se sont améliorées, elles sont devenues plus sérieuses...

Alors en fait le côté plus sérieux de l'histoire, m'est venu lorsque j'ai fait un break dans la série, à partir du tome huit, et j'ai dessiné une autre bande dessinée entre temps, et c'était "La Belle et la Bête", qui n'a franchement pas marchée, mais qui m'a remotivé pour continuer la série en la rendant plus sérieuse. J'ai alors crée "Le Cycle d'Anathos". Les choses sont devenues un peu plus violentes, avec la mort de Danaël et surtout un changement au niveau des personnages, qui à donner un nouveau souffle à la série.

LF : Donc la sérié comporte actuellement quinze tomes, le seizième va sortir le 16 Octobre, pourquoi avoir choisi comme titre, "L'Eternité Ne Dure Qu'un Temps", est-ce que ça a une signification particulière ?

En réalité, il y a plusieurs significations. Tout d'abord, dans ce tome, on va découvrir un nouveau personnage, un dieu nommé "Eternity", donc ça nous fait déjà une signification possible. Ensuite, dans une image provenant du tome 15, Gryf dit à Shun-Day :"Je t'aimerais pour l'éternité", donc cela nous fait encore une signification possible. En fait, chacun y voit la signification qu'il veut.

LF : Est-ce que vous pourriez nous résumez le tome seize, de façon à nous donner envie de l'achetez, de le découvrir ?

Pour moi, il va être l'un des meilleurs tomes de la série avec le douzième tome. Contrairement au tome précédent, "Amour Mortel", qui est un peu mou, le seizième tome va être exceptionnel. Ça va être un mélange d'action, d'humour, de violence et d'amour. C'est les bons ingrédients pour une bonne histoire. Je pense sincèrement que ça va devenir l'un des meilleurs tomes.

LF : Comment vous est venu l'idée de créer une série parallèle aux "Légendaires", une série retraçant le passé des personnages principaux de l'histoire ?

Cela m'est venu lors des séances de dédicaces à chaque fois les fans me demandaient quand est-ce que l'on allait voir Les Légendaires adultes. Or, s’ils redevenaient adultes, c'était la fin de la série, puisque le groupe s'est reformé pour inverser les effets de l'accident Jovénia. Alors j'ai eu l'idée de créer une série parallèle sur l’origine des héros. Ce projet était dans ma tête depuis plusieurs années déjà. Au début je voulais le dessiner moi-même, changez le rythme de sortie des albums, une année la série principale, l'autre année la série parallèle. Mais ma maison d'éditions a refusé, car la série était en train de devenir un véritable succès à l'époque et ils ne voulaient pas que je fasse plusieurs choses en même temps, car cela aurait retardé la production de la série principale. Alors ce projet est resté dans ma tête, dans l'espoir de le concrétiser un jour. J'ai ensuite proposé ce projet à d'autres auteurs et amis dessinateurs, mais ils n'étaient pas intéressés, ils avaient déjà leurs propres séries, ils ne voulaient pas se lancer là-dedans. J'ai alors recherché sur internet, sur des blogs de dessinateurs. Je suis alors tombé sur le blog de Nadou et là je me suis dit :" C'est parfait, c'est elle qui me faut !". Je l'ai contacté, on a discuté du projet, elle cherchait à faire des albums, alors je lui ai fait passer des planches tests et très rapidement, elle a accepté de se lancer dans la série Origines.

LF : Dans les précédents albums de la série "Origines", on a découvert le passé de Danaël, dernièrement celui de Jadina. Le prochain tome sera axé sur celui de Gryfenfer, dit Gryf, quels moments de sa vie va-t-on découvrir ?

On ne verra pas son enfance à Jaguarys, l'histoire va commencer dès sa capture par les trafiquants de monslaves. La petite nouveauté par rapport aux précédents tomes, c'est que presque la moitié de l'album sera consacré à son enfance (contrairement à "Danaël" et "Jadina", où l'histoire était plus axée sur les moments où ils étaient adolescents/adultes). Il n'y aura pas non plus d'histoires d'amour, mais cette fois-ci une belle histoire d'amitié, entre Gryf et un autre monslave, d'une race encore inconnue qui ignore ses origines. Ce personnage est actuellement mon préféré, et c'est également le chouchou de Nadou et je pense que vous allez fortement l'appréciez.

LF : Est-ce que le fait d'avoir gagné le fauve d'Angoulême cette année veut dire que vous avez atteint votre objectif en tant qu'auteur, ou est-ce que vous comptez visez plus haut ?

En fait, cela n'a jamais été mon objectif, je suis évidemment très content de l'avoir. Après, ça peut donnez de la visibilité à la série, le fait qu'il soit primé veut dire qu'il sera peut-être mis en avant dans les magasins et comme c'est une série aux inspirations mangas et que le manga n'a pas une très bonne image, peut-être que les gens vont se dire : ça a pas l'air si bête que ça, je vais l'achetez pour voir...". C'est vrai que "Danaël" a été un vrai succès, numéro un des ventes pendant très longtemps, pour le premier tome d'une série c'est un très bon démarrage.

LF : Pour finir, j'ai une petite question qu'il fallait absolument que je vous pose, pourquoi vous faire surnommez "Le pamplemousse", alors que vous avez déclaré que vous n'aimiez pas ça ?

Cela vient du fait que lorsque j'étais enfant, avec mon ami d'enfance, on jouait beaucoup aux agents secrets, aux espions. Et, on avait chacun un nom de code et le mien était "Pamplemousse". Et après, je me suis dit que au lieu de signé les news sur le site officiel par mon nom d'auteur, je pourrais me donnez un surnom et j'ai alors repris celui-là en rajoutant un petit quelque chose qui serait en rapport avec la news que je publierais.

 Merci à Patrick Sobral d'avoir accepté de répondre à nos questions, Maud Beaumont d'avoir fait en sorte que cette interview soit possible, et merci à Pierre Bizeray d'avoir filmé cette interview pour rien :)

Cette interview a été réalisé par Thomas TROCME, merci de ne pas copier.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

www.microsoftwindowstechs.com 07/02/2014 11:44

Wow! That was an extremely awesome post. I have been a fan of Patrick Sobral and really enjoyed the interview with him. He was very straight and truthful towards the questions he asked. Like others he didn't try to be diplomatic with the answers.